La flexibilité au travail : oui, mais jusqu’où?

Oct 18
La flexibilité n’a jamais été aussi accessible. Aujourd’hui, avec des outils comme Google Drive et Office 365, nous pouvons travailler pratiquement de partout, n’importe quand. Ainsi, les employeurs sont de plus en plus nombreux à relâcher leurs règles pour permettre à leurs employés de travailler de la maison, ou de moduler leurs horaires en fonction de leurs besoins personnels et familiaux.

Lorsqu’il est question de flexibilité, on constate que les employés en redemandent, tous âges et secteurs d’activité confondus. En 2017, une étude de Gallup démontrait que 54% des travailleurs quitteraient leur emploi si on leur en offrait un ou ils ont la possibilité de choisir leurs horaires de travail. Considérant que 52% des employés ont répondu qu’ils pouvaient déjà le faire… on peut en conclure que très peu de gens ayant un horaire fixe resteraient à leur emploi, si on leur en offrait un plus flexible.

Or, certains emplois, comme le travail de réceptionniste, de professeur ou d’infirmière, requirent d’être sur les lieux du travail, selon un horaire bien précis. Difficile d’offrir la tant adulée flexibilité aux employés ayant choisi ces métiers… difficile, mais pas impossible!

La flexibilité peut prendre plusieurs formes, toutes plus ou moins adaptées au contexte organisationnel. Il s’agit de faire preuve d’un peu de créativité, et d’avoir l’ouverture de faire les choses autrement pour offrir davantage de flexibilité. Pour vous inspirer, nous vous avons concocté un article avec différentes idées pour tendre vers une plus grande flexibilité au sein de votre organisation!

Permettre des pauses dans la vie au travail

En plus du chevauchement des sphères personnelles et professionnelles dans le quotidien, la période de vie active au travail empiète désormais la période de vie inactive, et n’est plus linéaire… ce qui amène un tout autre genre de flexibilité. En effet, selon une étude de ManPower group effectuée en 2016, les milléniaux conçoivent leur carrière différemment : « par vagues », avec plusieurs chemins à explorer, différents rythmes et des périodes d’arrêt réguliers.  Les jeunes sont ainsi plus enclins à demander des congés sans solde pour faire un voyage ou réaliser un projet, à travailler comme pigistes et à retourner aux études.

Pourquoi ne pas permettre, voire faciliter (et même encourager !) ces pauses dans la vie des employés ? Certes, il peut être ardu de remplacer une personne pour une courte période de temps. Il s’agit toutefois d’une belle façon d’éviter de perdre ces employés qui aiment leur travail mais ont envie de mettre leur carrière sur pause, le temps d’un voyage autour du monde ou de tenir la main d’un proche qui pousse son dernier souffle.

Faciliter le travail à temps partiel

Offrir de la flexibilité, ça peut aussi vouloir dire permettre le travail à temps partiel. Vous avez besoin de quelqu’un à temps plein ? Pourquoi ne pas songer à scinder le poste en deux ? En ces temps de pénurie de main d’œuvre, il peut sembler difficile de trouver deux employés plutôt qu’un pour se partager une charge de travail. Toutefois, pour certains postes ou types d’organisations, le temps partiel peut s’avérer un avantage distinctif très intéressant.

D’ailleurs, il n’y a pas que pour « les jeunes » que la carrière a cessé d’être linéaire, ou qui demandent d’avoir plus de flexibilité. En effet, il arrive souvent que des personnes en fin de carrière aient envie de diminuer leurs heures de travail, sans se sentir tout à fait prêt pour la retraite avec un grand R. Pour ces employés, pourquoi ne pas offrir une retraite progressive, ou des heures de travail réduites?

Plus encore, pourquoi ne pas faire du travail à temps partiel un avantage distinctif pour recruter des employés parmi les personnes qui choisissent de continuer à s’investir dans un travail même après la retraite?

Le saviez-vous?

Il y a quelques années, Rona a décidé d’orienter sa stratégie d’attraction des talents vers les retraités pour combler ses besoins de personnel. L’entreprise avait, entre autres, offert à ses employés de passer d’un statut de temps plein à temps partiel sans perdre leurs avantages sociaux.

La flexibilité dans les tâches

Une autre manière d’offrir de la flexibilité est d’en insuffler dans la nature du travail elle-même. Il peut s’agir de faciliter une rotation de poste, de permettre plus de latitude dans la prise de décision ou même de permettre aux employés de moduler leurs tâches en fonction des besoins qu’ils perçoivent. Pourquoi ne pas sortir du cadre établi par la description de poste et permettre un échange de tâches entre collègues, selon les expertises et intérêts de chacun? En plus de contribuer à accroître le niveau de flexibilité dans l’organisation, ces initiatives peuvent également contribuer à assurer que le travail continue à avoir du sens pour les employés.

Des avantages sociaux flexibles

Enfant à naître, parents vieillissants, projet d’achat de première maison, rêve de voyage ou désir de perfectionnement : les besoins de vos employés sont aussi variés que leurs identités. Au lieu d’offrir les mêmes avantages sociaux à tous, pourquoi ne pas laisser les employés choisir?

Évidemment, certains avantages sociaux sont conçus pour assurer une protection minimale aux employés en cas d’événement pouvant menacer leur sécurité financière. D’autres, comme les vacances, peuvent aussi être jugés essentiels. Il est donc important de prendre le temps de réfléchir à votre stratégie globale et aux impacts des changements avant de permettre aux employés de faire des choix liés à leurs avantages sociaux.

Pas prêts à déroger du 9 à 5 ? Faites-en un avantage distinctif !

Le travail prend de plus en plus de place dans nos vies… et nos vies de plus en plus de place au travail. Ainsi, les frontières entre la vie personnelle et la vie professionnelle s’effacent peu à peu au profit de la flexibilité. Pour qualifier ce phénomène qui gagne en importance, des auteurs ont commencé à parler de blurring (qui signifie « flou »)… et certains y voient un danger.

Une petite histoire de blurring :

Voulant profiter de l’une des dernières soirées chaudes de la saison, Jade planifie un souper entre amis durant sa journée de travail. Grace à Facebook, elle arrive à rejoindre ses amis en toute discrétion, sans même avoir à les appeler.

 

Une fois le soir venu, lors du souper en question, Jade écoute distraitement l’anecdote comique de son amie Caroline, parce qu’elle est occupée à répondre au courriel d’un client.

C’est certain, en matière de marketing RH, la flexibilité a la cote. Toutefois, le fait de pouvoir circonscrire ses périodes de travail et avoir la possibilité de « laisser le travail au travail » peut constituer un avantage distinctif important. Pour certains, les horaires de travail fixe peuvent être synonyme d’un meilleur équilibre de vie… à condition de leur laisser le droit à la déconnexion. La flexibilité, ça devrait être une affaire de réciprocité : si vous n’en offrez pas, n’en attendez pas de la part de vos employés.

 

Vous avez aimé cet article?
N’hésitez pas à le partager!

Leave a Comment:

Leave a Comment: